éveil spirituel, bien-être, développement personnel, Guérison, Lune, Reiki

La magie de la Lune

Affiche vecteur créé par brgfx – fr.freepik.com

La nuit va bientôt s’effacer.

Ce matin est un matin différent. Différent de ceux qui l’ont précédé, ces dernières semaines. 

Ce matin j’ai plaisir à me lever aux aurores, avant le lever du jour. J’aperçois la lumière si blanche de la pleine lune qui se cache  derrière les nuages et les immeubles. 

Quelque chose a changé. Mon énergie n’est pas la même. Je me sens calme, sereine presque. Où est passée cette angoisse qui me saisissait au réveil et parfois même au milieu de la nuit ces dernières semaines ? J’avais presque fini par m’habituer à elle ! Non, pas vraiment, je la trouvais désagréable, envahissante. J’étais souvent incapable de l’accueillir. Je me réfugiais dans un livre pour surtout éviter de penser car ce qui tournait en boucle dans ma tête était une belle collection de pensées négatives, de doute, de dévalorisation, de culpabilité… une spirale infernale. 

J’ai revisité tous mes outils pour apaiser cette angoisse et ce déferlement de pensées dérangeantes. Auto-hypnose, méditation, auto-Reiki, mouvements, danse. Ancrage, ancrage, ancrage ! Connection à la nature, aux arbres. Fuite en avant dans le boulot, dans l’activité. Faire, faire faire, surtout ne pas rester à l’écoute de ce malaise au fond de moi-même. Bosse, ça ira mieux après ! Cette culpabilité va te lâcher quand tu auras assez avancé, quand tu te seras débarrassée de ce que tu as à faire. 

J’ai beaucoup tenté de relativiser, c’est normal ces vagues d’émotions qui déferlent, tu fais tellement de travail sur toi en ce moment. 3 stages de décodage biologique ce mois-ci, et pas des moindres ! Transgénérationnel, nettoyage des mémoires de mes lignées, des deuils non faits dans la famille, des traumatismes des ancêtres qui nous hantent, nous, les descendants. Troubles du comportement, là aussi, beaucoup de mémoires nettoyées pour retrouver sa souveraineté et une vraie liberté d’être. Système digestif, toutes les choses non digérées, non assimilées, impossibles à avaler, restées coincées dans la mémoire de mes cellules… 

Je ne mentionne même pas le thème karmique et la lecture d’âme que j’ai faits récemment et qui m’ont aussi permis de faire remonter à la surface de mes entrailles les vieux dossiers que je suis venue libérer dans cette vie. 

Hier je me suis autorisée à craquer, quelques heures. A demander de l’aide en urgence à des amis énergéticiens qui ont répondu immédiatement à l’appel. J’ai pour eux une gratitude infinie. Gros nettoyage au niveau de mon plexus solaire, du cœur et du 3ème oeil, de mémoires karmiques et de douleurs émotionnelles refoulées de cette vie-ci. Finalement ça n’a pris que le temps de la pause déjeuner. Sous un arbre, au soleil, à côté de l’église. Et d’une conversation téléphonique avec une amie en Thaïlande. 

Sans le savoir, j’avais rendez-vous avec la lune, avec sa magie, son grand pouvoir de guérison. A force de ne pas sortir, je ne l’avais même pas vu mûrir, cette pleine lune. Elle est arrivée accompagnée d’une éclipse, en grand renfort de ce pouvoir de libération, de transformation. 

Et le soir, pour clôturer cette période de grand nettoyage, j’ai pu me joindre à une moon lodge virtuelle. On a travaillé sur le plexus solaire, il n’y a pas de hasard ! 

Et ce matin, enfin, je me sens bien. Je me sens à nouveau moi-même, délestée de toutes ces énergies qui m’encombraient, de toutes ces mémoires qui m’empêchaient de voir la beauté du monde. 

Et vous, vous l’avez sentie comment, cette pleine lune ?

éveil spirituel, développement personnel, Reiki

Faire le premier pas

 

Kylia Ollantay
Ollantaytambo, Pérou, Juin 2017

« Faites le premier pas en confiance, même si vous ne voyez pas tout le chemin, faites juste un premier pas. » Martin Luther King.

Tout nouveau chemin, en particulier le chemin vers soi, vers l’éveil de cet être unique et magnifique que nous sommes vraiment, commence par un premier pas.

Et pour faire ce premier pas, il suffit de deux choses : une direction d’abord, il s’agit de savoir vers où on veut aller, et une petite touche d’inconscience, d’audace, ou de légèreté pour quitter notre zone de confort.

Savoir où l’on veut aller peut nous bloquer un moment à l’orée du chemin. Il y a tant d’options différentes. Tant de chemins spirituels ou de développement personnel, on s’y perd ! Qui n’a jamais passé du temps à analyser les différentes options possibles avant de se lancer ?

Je me souviens d’un ami magnétiseur qui se moquait gentiment de moi en me disant, Sylvie, tu tournes sur un rond-point ! Prend une des routes, peu importe laquelle, tu pourras toujours retourner en arrière ou bifurquer si ce n’est pas la bonne. Tout ce que l’univers attend pour t’apporter son aide, c’est que tu te mettes en mouvement. Mais tu dois aller à sa rencontre.

En fait je savais déjà inconsciemment la direction que je voulais prendre. Je voulais aller à la rencontre de moi-même, et j’aurais rêvé qu’une personne se tienne à mes côtés et m’indique clairement la route, étape après étape, pour me rassurer, m’encourager, me guider.

Mais voilà, ça ne s’est pas passé comme ça du tout ! D’abord, je crois que si j’avais rencontré une telle personne, j’aurais été incapable de lui faire confiance ! Je l’ai peut-être rencontrée d’ailleurs, va savoir… mais pas reconnue.

Ce que j’ai rencontré, c’est des personnes qui ont éclairé une étape de ma route. Ces personnes ont été tour à tour magnétiseurs, moines bouddhistes, astrologues, énergéticiens, professeurs de Reiki, chamanes, thérapeutes…

Depuis, la route se dévoile progressivement devant moi, marche après marche. Je n’ai jamais vu où menait le grand escalier. Je ne le sais toujours pas. Je vois juste sa direction, et la prochaine marche. En en fait, c’est tout ce dont j’ai besoin. Suffisamment de clarté pour poser le pied sur la marche suivante. Et un peu de silence pour prêter l’oreille au feu de mon moteur intérieur qui me souffle « vas-y ! ». C’est dans ce feu que je trouve l’audace de faire le mouvement. Cette petite fraction de seconde qui fait toute la différence, celle où, le pied décollé du sol, mais pas encore posé, on fait passer le poids de son corps vers l’avant en lâchant l’appui de celui qui est resté derrière.

Et puis finalement, marche après marche, j’ai compris où était ce guide que j’attendais impatiemment. Blotti à l’intérieur de moi, attendant sagement que je vienne lui tendre l’oreille.

Et vous, vous l’écoutez votre guide intérieur?